Réponses de l’IPAPEL aux problèmes des petits agriculteurs de Mulamba

Après les formations sur le plaidoyer et sur la politique agricole  de la RD Congo, les membres des associations des agriculteurs du groupement de Mulamba ont établi une hiérarchisation  des problèmes  identifiés dans leurs communautés  et les ont orientés à 3 cibles, à savoir, la chefferie de Ngweshe, le territoire de Walungu et le ministère de l’agriculture.

A cet effet, du 03 au 04 octobre 2018, il  s’est tenue une séance de plaidoyer organisée par 20 membres des associations des agriculteurs auprès de l’Inspection provinciale de l’agriculture, pêche et élevage(IPAPEL)/Sud-Kivu, service technique du Ministère de l’agriculture, après celui effectué au territoire et à la chefferie sous l’accompagnement de Aimé MUTAYONGWA.

Les problèmes identifiés et qui ont fait objet de plaidoyer sont :

  • L’indisponibilité des moniteurs agricoles dans les villages pour accompagner les petits producteurs agricoles ;
  • Les différentes maladies des plantes : manioc et bananier ;
  • Les conflits d’intérêts entre des agents de différents services de l’Etat sur le terrain ;
  • L’insuffisance des semences,  nouvelle variétés vulgarisées ;
  • Les difficultés d’accès aux crédits agricoles pour les agriculteurs.

Ce cahier de chargé était remis officiellement à Monsieur Daniel MUSHITWALA, représentant l’Inspecteur provincial empêché a, outres les remerciements adressés à la CDJP/Bukavu et SCIAF pour l’accompagnement des petits agriculteurs et sa collaboration avec les institutions étatiques à l’occurrence l’IPAPEL, promis de rédiger et envoyer un circulaire à tous les services pouvant venir en aider aux petits producteurs dans les 7 entités  ciblés par le programme.

En plus, il a promis :

  • D’accompagner les associations/coopératives agricoles dans  l’élaboration du business plans à travers son service de conseil agricole rurale et de gestion(CARG) ;
  • Rassurer les associations des agriculteurs qu’ils vont redynamiser le travail des agronomes de l’Etat sur le terrain pour un bon accompagnement des petits producteurs ;
  • Lutter contre certaines maladies comme la mosaïque africaine, la striure brune et le wilth bactérien ;
  • Donner quelques outils de sensibilisations (boites à images) sur la mosaïque africaine, la striure brune et le wilth bactérien ;
  • Rassurer aux petits agriculteurs qu’ils vont répondre à d’autres questions sous un pli fermé et vont partager ce document a tous les territoires du Sud-Kivu.

Les promesses et les résultats de plaidoyer orientés  à la chefferie de Ngweshe ont été partagé avec l’Inspection. Il s’agit de :

  • L’accessibilité à l’espace ou terre arable par les petits producteurs  dans les villages ;
  • L’implication de la chefferie des autorités de la chefferie dans les activités agricoles ;
  • Mettre fin aux tracasseries fiscale dans différents marchés locaux  au moment de la vente des produits agricoles ;
  • L’octroi des crédits agricoles pour les petits producteurs de 7 villages.

Le programme UKAM  vise à améliorer le bien-être dans 2000 ménages de 25 villages  du Rwanda, Malawi et le RD Congo dès 2015 à 2019 à travers  les activités agricoles, les activités génératrices des revenus (AGR),  la sensibilisation sur le genre et droits de la femme, sensibilisation  sur le changement climatique financé par SCIAF et DFID.

En RD Congo, le programme est exécuté dans 7 villages de la  paroisse de Mulamba, chefferie de Ngweshe, territoire  de Walungu, Province du Sud-Kivu où les bénéficiaires se sont regroupés en 7 associations des agriculteurs pour mieux défendre leurs  intérêts.

Après les formations sur le plaidoyer et sur la politique agricole  de la RD Congo, les membres des associations des agriculteurs du groupement de Mulamba ont établi une hiérarchisation  des problèmes  identifiés dans leurs communautés  et les ont orientés à 3 cibles, à savoir, la chefferie de Ngweshe, le territoire de Walungu et le ministère de l’agriculture.

A cet effet, du 03 au 04 octobre 2018, il  s’est tenue une séance de plaidoyer organisée par 20 membres des associations des agriculteurs auprès de l’Inspection provinciale de l’agriculture, pêche et élevage(IPAPEL)/Sud-Kivu, service technique du Ministère de l’agriculture, après celui effectué au territoire et à la chefferie.

Les problèmes identifiés et qui ont fait objet de plaidoyer sont :

  • L’indisponibilité des moniteurs agricoles dans les villages pour accompagner les petits producteurs agricoles ;
  • Les différentes maladies des plantes : manioc et bananier ;
  • Les conflits d’intérêts entre des agents de différents services de l’Etat sur le terrain ;
  • L’insuffisance des semences,  nouvelle variétés vulgarisées ;
  • Les difficultés d’accès aux crédits agricoles pour les agriculteurs.

Ce cahier de chargé était remis officiellement à Monsieur Daniel MUSHITWALA, représentant l’Inspecteur provincial empêché a, outres les remerciements adressés à la CDJP/Bukavu et SCIAF pour l’accompagnement des petits agriculteurs et sa collaboration avec les institutions étatiques à l’occurrence l’IPAPEL, promis de rédiger et envoyer un circulaire à tous les services pouvant venir en aider aux petits producteurs dans les 7 entités  ciblés par le programme.

En plus, il a promis :

  • D’accompagner les associations/coopératives agricoles dans  l’élaboration du business plans à travers son service de conseil agricole rurale et de gestion(CARG) ;
  • Rassurer les associations des agriculteurs qu’ils vont redynamiser le travail des agronomes de l’Etat sur le terrain pour un bon accompagnement des petits producteurs ;
  • Lutter contre certaines maladies comme la mosaïque africaine, la striure brune et le wilth bactérien ;
  • Donner quelques outils de sensibilisations (boites à images) sur la mosaïque africaine, la striure brune et le wilth bactérien ;
  • Rassurer aux petits agriculteurs qu’ils vont répondre à d’autres questions sous un pli fermé et vont partager ce document a tous les territoires du Sud-Kivu.

Les promesses et les résultats de plaidoyer orientés  à la chefferie de Ngweshe ont été partagé avec l’Inspection. Il s’agit de :

  • L’accessibilité à l’espace ou terre arable par les petits producteurs  dans les villages ;
  • L’implication de la chefferie des autorités de la chefferie dans les activités agricoles ;
  • Mettre fin aux tracasseries fiscale dans différents marchés locaux  au moment de la vente des produits agricoles ;
  • L’octroi des crédits agricoles pour les petits producteurs de 7 villages.

Le programme UKAM  vise à améliorer le bien-être dans 2000 ménages de 25 villages  du Rwanda, Malawi et le RD Congo dès 2015 à 2019 à travers  les activités agricoles, les activités génératrices des revenus (AGR),  la sensibilisation sur le genre et droits de la femme, sensibilisation  sur le changement climatique financé par SCIAF et DFID.

En RD Congo, le programme est exécuté dans 7 villages de la  paroisse de Mulamba, chefferie de Ngweshe, territoire  de Walungu, Province du Sud-Kivu où les bénéficiaires se sont regroupés en 7 associations des agriculteurs pour mieux défendre leurs  intérêts.

Soyez le premier parmi vos amis
  • 33
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  
    33
    Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *