Les jeunes étudiants de Bukavu disent « Non » aux manipulations politiciennes dans les milieux universitaires

Dans la salle Annonciata à Bukavu, une centaine des jeunes venant du monde universitaire et associatif se sont donné rendez-vous avec la commission diocésaine « justice et paix » de l’archidiocèse de Bukavu, ce 13 août 2017 dans le programme de Peace Building.

L’objectif est de « réfléchir et débattre ensemble sur le contexte électoral du moment » en intériorisant le message des évêques catholiques au sujet des élections apaisées à partir des analyses sur les rôles que doivent jouer les jeunes étudiants membres et non des CUJP face à la manipulation en vue d’apporter leur contribution à la construction de la paix en RDC.

Une véritable prise de conscience au regard d’une certaine agitation s’observe de plus en plus dans le pays à l’approche de la date convenue – au plus tard fin décembre 2017 – pour la tenue des élections présidentielles selon les accords de la Saint-Sylvestre.

Ainsi, certains étudiants présents, non pas manqué de donner leurs point de vue. C’est cas de Arsène Barumana, porte-parole des étudiants de l’institut supérieur des techniques médicales ISTM Bukavu, demande aux autorités du pays de faire preuve de bonne volonté politique pour des élections apaisées d’ici la fin de l’année 2017 :  » À ceux qui détiennent les pouvoirs aujourd’hui, ils doivent veiller au bien-être de la population en respectant leurs droits « , a-t-il déclaré

Pour l’orateur du jour, l’Abbé Justin Nkunzi, la jeunesse congolaise représente 65 % de la population du Congo. Il est donc important que les jeunes s’approprient le processus électoral au lieu d’être la caisse de résonance de telle ou telle tendance politique : « Je les encourage à être proactifs, de ne pas subir les événements, mais au contraire faire partie de la solution », confie l’Abbé Justin Nkunzi.

A part ces étudiants, les membres des organisations de la Société Civile qui ont pris part à cette matinée n’ont pas cachée de manifesté leurs inquiétude et encourager ces étudiants. Remy Kasindi, ancien boursier du département d’Etat du gouvernement américain, vivant à Bukavu, pense que l’Etat congolais doit rester à l’écoute: « j’ai apprécié les interventions, pour nous, les jeunes, il faut qu’il y ait des élections! ».

Ces jeunes ont adopté quelques actions visant à consolider la paix et la cohésion entre eux en cette période d’élection attendue et ont dit non à toute manipulation politicienne dans leur milieu universitaire qui est devenu depuis des décennies le champ de recrutement des adeptes pour les politiciens.

Ecouter ce reportage de Ernest MUHERO, correspondant VOA Bukavu RDC.

Soyez le premier parmi vos amis
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *