Emery Patrice LUMUMBA et Laurent Désiré KABILA : Des héros à jamais vivants

Le premier est communément appelé le père de l’indépendance de notre chère patrie. Sa vie, ses discours, sa mort sont un testament qui restera à jamais graver dans la mémoire collective de tous les congolais. Il est mort comme il a vécu ; fidèle à ses convictions politiques pétries dans un patriotisme réel et sincère. Il a parlé haut et fort. Ses paroles ont déchiré les cœurs de ses bourreaux. Ils ont signé sa mort et gardé avec cynisme sa dent comme trophée. Il était jeune. Il n’avait qu’une ambition : Un Congo grand, prospère et surtout uni et flamboyant  au cœur de l’Afrique. Ceux qui l’on tué, on  cru assassiner un homme mais ils ne savaient pas qu’ils l’enterraient dans le cœur et au cœur de ce continent.

Le Second est connu pour ses précieuses interventions pendant les grandes turbulences qu’a connues notre pays et malheureusement ce n’est pas encore finie ; il a clairement martelé : « Ne jamais trahir le  Congo ».

Grand stratège, homme de courage ; en peu de temps il a imprimé un comportement et une idéologie dans le vécu de tout congolais. On n’a compris qu’il fallait peu pour que les choses changent mais agir avec fermeté et détermination . D’abord les intérêts de la Nation avant les conciliabules pour saigner et dépiécer un Congo prospère en  le vendant aux charognards sans foi ni loi. Voilà une bibliothèque ouverte que tous les Congolais doivent visiter.

Qu’on les raille ou qu’on les loue, ces deux hommes ont été et resteront à jamais des prophètes et comme des torches qu’on secoue, ils interpellent tout le monde et chacun. Inutile de crier et de rêver un Congo grand et prospère si on habite et promeut les antivaleurs surtout la corruption, le clientélisme, la paresse. Autant des piliers pour détruire de l’intérieur l’œuf de notre jeune démocratie rêvée par nos héros dont nous célébrons la mémoire. L’amour de la patrie exige sacrifice parfois jusqu’au don suprême de soi. Mais avec ces jeunes générations androïdes, on a peur. Ils veulent consommer ce qu’ils n’ont pas produits, rêver sans ambitions, jouir sans travailler….

Que nous inspirent les dates du 16 et 17 janvier dont nous célébrons chaque année ? Est-ce que nous comprenons réellement le contenu des messages de ces deux héros ayant sacrifié leur vie pourvu que le Congo reste un et indivisible, que l’esclavagisme cesse sous toutes ses formes,  que cesse la domination idéologique, que le Congo soit un  pays riche et prospère où toutes les couches de sa population pourront vivre heureuses en jouissant de sa richesse, un pays fort avec un peuple fort,  un pays que nul n’osera trahira. Bref, un pays avec une gouvernance modèle, où famine, clientélisme politique, tribalisme, guerres ethniques, conflits tribaux, régionalisme, absence de l’autorité morale et de dictas politiques seront à jamais effacés. Où la justice prime et les droits humains sont respectés. Un Etat où seul le respect de textes devra guider et téléguider les actions politiques.

Le pays de Lumumba et de Laurent Désiré Kabila d’heureuses mémoires qui célèbre respectivement   60 ans et 20 ans de leur disparition ne cesse de se rappeler vos messages fondés essentiellement sur le vivre ensemble

ejaculatory disturbances. cialis prices includes regular review of the use of any drug that may.

. Malheureusement l’on dirait que vous aviez prêché dans le désert. Car vos  successeurs vous ont trahis. Il ne faut pas cependant désespérer. Il a encore le petit reste…

Soyez le premier parmi vos amis
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *