Dynamique femme et paix

  • La  dynamique femme et paix trouve son origine dans les actes du synode africain en sa proposition 48 (Ecclésia in Africa). Les pères synodaux ont remarqué que dans beaucoup des sociétés africaines et parfois aussi dans l’Eglise il y a des traditions et pratiques qui privent les femmes de leurs droits et de leur dignité. Ils ont proposé que  chaque Conférence Episcopale  crée des  commissions spécifiques qui défendront les droits des femmes et qui s’occuperont de leurs formations.

Devant cette recommandation, les Evêques du Congo réunis dans l’Assemblée plénière en 2004, ont été interpellés par cette proposition et ont décidé la création d’une « Dynamique Femme » au sein de la Commission Episcopale Justice et Paix.

Notre diocèse s’est sentie aussi  responsabilisé et s’est décidé d’apporter sa pierre de construction à l’édifice en créant ce département dans la commission diocésaine justice et paix il s’est engagée à promouvoir les droits de la femme par la formation et l’information.

Spécificité de la dynamique femme au sein de la CDJP/Bukavu

Connaissant les facteurs qui ont contribué à l’humiliation et aux violations  des droits de  la femme, la CDJP/Bukavu forme et informe les communautés de l’Archidiocèse de Bukavu sur les droits de la femme. Elle  parle des capacités et mérites de la femme dans la résolution des conflits et l’édification de la paix : protectrice de la vie, éducatrice de la famille, protectrice de la culture… Il est question de rappeler à la femme toutes ces qualités et mérites pour qu’elle ne se sous estime pas comme la tradition la considère.

Ces actions portent sur :

  • La lutte contre les violences sexuelles et leurs conséquences sur les femmes et sur les communautés avec l’ouverture des 18 bureaux d’écoute dans 14 paroisses qui ont été les plus touchées par  des violations des droits humains lors des conflits armés;
  • La promotion du leadership féminin pour la participation de la femme à la gouvernance par la création de 16 noyaux de réflexion sur les droits de la femme ;
  • Le travail en Synergie avec les organisations féminines en participant à leurs activités pour harmoniser les actions des promotions des droits de la femme ;
  • Organisation des sessions de formation et conférences  aux femmes dans nos différentes paroisses, aux femmes des différentes confessions religieuses,  aux femmes membres des organisations féminines et aux femmes leaders sur différents thèmes ;
  • La vulgarisation des lois telles que la loi sur les violences sexuelles ; le code de la famille.
  • La publication des recherches sur la promotion de la femme ; les violences domestiques et violences sexuelles, l’analyse genre dans notre diocèse.
  • La prise en charge hollistique des femmes victimes de violences sexuelles à travers les bureaux d’écoute ;
  • L’assistance juridique et judiciaire aux femmes victimes de violences sexuelles ;
  • L’organisation de médiation familiale entre les familles disloquées par les conflits ;
  • La protection de la famille : problématique de la femme-famille-enfant et personnes du 3e âge et lutte contre les dérives de la nouvelle éthique mondiale dans notre milieu ;
  • Renforcer le rôle médiateur de la femme comme artisane de la paix entre tradition et modernité.

Télécharger ici le rapport de l’étude sur les violences domestiques et professionnelles

Soyez le premier parmi vos amis
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •