Qui ne dit mot consent, est complice, qui se tait!

C’est d’une abstention coupable  qu’il  s’agit ici.  Ne  dit-on  pas  que qui peut et n’empêche pèche?

Ainsi,  tous nous  sommes  coupables. Pour notre action ou inaction en faveurs de  tous  ces  enfants,  ces  doux  êtres  passifs  et pensifs  dont  pas  un  seul  ne  rit  que  l’on  voit cheminer  seul  dans  nos  rues,  sans  nom,  sans habits et abri.

Ils sont des milliers dans des groupes et bandes armés, sur la ligne des  fronts et dans des carrés miniers. Ils sont encore nombreux qui sont quotidiennement  violés  et  qui  subissent  des  violences de  toute  sorte  dans  nos  familles  et  dans  la communauté toute entière.

Nous  les  traitons  de  sorciers,  des  bâtards  et des portes malheur… Pourtant  il  est  clairement  dit  dans  nos  lois que  tous  les  enfants  naissent  et  sont  égaux, qu’ils  ont    droit  d’être  protégés  car  le  bien-être  des  enfants  est  toujours  une  considération primordiale étant donné qu’ils sont l’avenir de l’humanité.

Ainsi  les  individus,  les  organisations,  les pays,  et  les  communautés  sont  appelés  à  entreprendre  des  actions  pour  protéger  les  enfants contre les atteintes intentionnées ou non intentionnées.

Mais  que  n’observons-nous  pas?  Nous  sommes  tous  coupables  d’une  manière  ou  d’une autre.  Que  nous  vivions  à  New  York,  Londres, Paris, Dubaï, Pékin, Australie, Kinshasa ou  Bukavu,  en  Arctique  comme  en  Antarctique,  nous sommes tous coupables.

Nous  allons  certainement  dire  que  nous  n’avons pas personnellement enrôler des enfants dans  des  groupes  armés,  encore  moins  dans des  mines  d’or.  Nous  avons  d’ailleurs  bien pris soins de nos enfants sans les qualifier de sorcier, ni les laisser trainer dans la rue. Nous nous sommes d’ailleurs bien occupés des nos enfants en leurs donnant des soins et aliments nécessaires  pour  leur  croissance.  Nous  leurs donnons  l’instruction  adéquate  et  les  avions inscrits  dans  des  écoles  prestigieuses…Mais hélas,  nous  ne  sommes  pas  moins  coupables que  tous  ces  violeurs  et  seigneurs  de  guerres, car tout comme eux, nous avons aider à répandre le sang des  innocents en  assistant passif à tous  ce  fléaux.  Nous  n’avons,  certes  tué  personnes.  Mais  non  plus,  nous  n’avons  sauvé personne.  Qui  n’a  pas  rencontré  ces  enfants mendiants  sur  son  passage?  Qui  n’a  pas  suivi à la radio et à la télévision les cas des milliers d’enfants  gémissant  des  violences  qu’ils  ont subits?  …Personne,  à  commencer  par  nous tous!  Mais  que  n’a  pas  été  notre  indifférence quand ils tendent la main? Nous avons tout de suite tournés la chaine de télé ou la fréquence de cette radio qui nous embêtent avec des histoires  atroces.  «C’est  encore  ces  sauvages d’Afrique, d’Asie…Qui  s’entretuent» disons-nous,  en  voyant  ce  programme.  Il  est  à  se poser la question; Et si c’était ta fille; souiller des  spermes  et  des  souillures,  saignante  et totalement  détruite.  Si  c’était  ton  fils  rendu bouclier  humain,  enrôler  de  force  dans  l’armée,  eh  bien  la  situation  serait  différente.

Qu’on-ils faits ces enfants innocents pour mériter  une  telle  peine?  Sont-ils  nés  trop  tôt  ou trop  tard?  Leur  seul  pêcher  c’est  d’être  né dans un environnement hostile. De n’avoir pas la force pour se défendre, ni la voix pour s’exprimer.  Ces  enfants  mendient  par  manque  de ton  amour,  ces  enfants  volent  par  manque  de ton  soutient.  Ces  enfants  sont  dans  l’armée  et les  mines  d’or  par  ton  égoïsmes.  Ils  sont  violés  par  manque  de  ton  humanisme.  Ils  semblent dire à leur Créateur; «Regarde! petit que nous sommes, ce que nous font les hommes»

Voyez-vous? Eh Oui,  nous sommes tous coupable et par ricochet, complice de tout ce mal.

Alors, désormais, plus que jamais au paravent, brisons le silence et agissons! Qui  ne dit  mot; consent!  Qui se tait est complice.

Soyez le premier parmi vos amis
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *