72 h après incendie de plus de 400 maisons sur Av. Paysage: les sinistrés restent abandonnés

A 72 heures de l’incendie de plus de 300 maisons sur l’avenue paysage, connue Irambo 1er dans le quartier Nyalukemba en commune d’Ibanda, dans la paroisse St Pierre Claver de Nguba, province du Sud-Kivu, République Démocratique du Congo, les ménages sinistrés n’ont bénéficié d’aucune assistance, hors des visites des compassions de la part des autorités politico-administratives et hommes de bonne volonté.Ce feu a commencé vers 16h45 (14h45 GMT) jusqu’à 22h00.

Stanislas Mubalama, marié et père de 10 enfants et un des victimes rencontré sur le lieu, nous renseigne : « c’est depuis 2005 que j’ai acquis ma parcelle et l’ai construit péniblement pendant 6 ans. Ce jour est inoubliable dans toute ma vie car en 5 minutes, je me retrouve dépourvu de tout mon patrimoine après des années des sacrifices. Je vivais grâce à ma petite boutique et deux portes que je faisais louer pour garantir la scolarité et subvenir aux besoins élémentaires de ma famille. Présentement, je n’ai rien et je ne sais pas comment vivre et mes bras sont ouverts pour toute assistance de qui que soit ».

Sylvie Bashwira « Nyaba 2 », voisine de là où le feu a généré et mère de 7 enfants, nous indique que la première intervention de la Monusco et de la Mairie n’est venue que vers 20h00 pour éteindre ce feu alors que tout était déjà calciné depuis 16h45. Elle est actuellement séparée de sa famille et tout le monde se débrouille de son mieux par manque d’une famille d’accueil. « Je ne vis plus en famille et je n’ai pratiquement pas envie de vivre. Le feu a commencé dans la chambre de ma voisine, quand elle était absente. Dans un lapse de temps, ma maison a pris feu et je n’ai pu sauver que mes enfants. Gloire à Dieu d’y être sortie vivant. »

Vu les dégâts sur le lieu, il est difficile de ressortir le bilan exact des biens calcinés bien qu’il n’y a pas eu des pertes en vies humaine comme l’ont affirmé également le chef de quartier et le Maire de la ville de Bukavu qui demandent aux humanitaire et aux hommes de bonne volonté de se mobiliser pour assister les victimes.

Après sa descente sur le lieu du désastre, le Vice-gouverneur et Gouverneur ai, a déclaré avoir contacté le Ministre national des droit humains pour assistance et a promis de mettre une commission de crise chargée de statuer et évaluer  les besoins des sinistrés.

En attendant que cette commission soit mise en place et la réponse du Ministre national des droits humains, 72heures durant, c’est la vie de plus de 289 ménages (affectant 2 590 personnes, selon le rapport du Maire de la Ville) qui reste en souffrance et dispersée dans la rue alors que la saison de pluie et la rentrée scolaire va bientôt commencer, certains parmi eux ont été blessés par les tôles, les clous,… et jusqu’à présent ne bénéficie d’aucune assistance sanitaire.

Shukuru Elisabeth, victime et veuve de son état, dans sa déception renchérit en disant : « C’est depuis 9 ans que je suis veuve et mon mari m’avait laissé comme héritage, ma petite maison et mes 5 enfants que je scolarise difficilement grâce à mon emploie de bagagiste. Dans 2 semaines de rentrée scolaire, j’avais déjà acheté les fournitures scolaires pour mes enfants. Malheureusement, tout a été calciné et j’ai été blessée à la jambe par une tôle. Je me demande si j’ai quel malheur pour que cela m’arrive. Je n’ai plus espoir et envie de vivre en voyant que mon avenir ainsi que celui de mes enfants est devenu sombre. Je pense fort à mon feu époux et je ne compte qu’à la miséricorde divine à travers les hommes de bonne volonté. »

Les causes de tous ces incendies sont jusqu’à présent non connus mais l’assistance s’avère urgente pour éviter des pertes en vies humaines et autres conséquences désastreuses en leur garantissant les droits au logement, à un environnement sain et satisfaisant, à la santé, à l’éducation, à l’alimentation,… qui contribuent à promouvoir la dignité humaine.

En y arrivant, on comprendrait mieux!

[kad_youtube url= »https://youtu.be/qYFyl4avHsM » width=640 height=385 ]

 

Vous êtes un homme de bonne volonté?! Joignez vous à nous avec tout ce que vous pouvez avoir: biens vivres et non vivres,… pour porter assistance humanitaire à ces familles vulnérabilisées par l’incendie.

Nous sommes sur Av. Patrice Emery Lumumba n°205, Quartier Ndendere, Commune d’Ibanda, Ville de Bukavu, à l’étage du bâtiment Le Likembe, à Nyawera.

Plus à l’aise avec une méthode plus classique ? Il est évidemment tout à fait possible de réaliser un don en versant le montant de votre choix sur le compte en banque de CDJP/Bukavu. Voici les informations nécessaire:

  • Nom de la Banque: Banque Commercial du Congo (BCDC);
  • Adresse de la banque: Boulevard du 30Juin-Kinshasa RD Congo;
  • Intitulé du compte: Association de l’Archidiocèse de Bukavu/CDJIP;
  • N° Compte: 00170-00001001523-66;
  • Devise : Dollars américains;
  • Sulift: BCDCCDKI.

Ou appelé aux +243 994021224, +243 997223554; ou en nous envoyant un mail: cdjpbukavu@yahoo.fr.

Soyez le premier parmi vos amis
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *