13 Février : journée mondiale de la Radio. Chers Journalistes : Bonne fête : Votre métier est comme « un sacerdoce »

« Où que vous soyez, la radio vous accompagne. Confiné, la radio ouvre au monde, à l’information sanitaire, à l’éducation, aux arts, à la diversité culturelle. La radio est aujourd’hui devenue un outil précieux de transmission de l’information, bien commun de l’humanité.»

L’édition 2021 de la JMR met l’accent sur trois sous-thèmes : Evolution-Innovation-Connexion. Oui la Radio change et évolue, le monde change et la radio s’adapte aussi et innove. Voilà pourquoi la radio doit connecter avec ses pluralités des services. Elle arrose des régions entières par des informations crédibles et fixent les gens sur les rendez-vous utiles au sein de la société. Elle couvre tous les domaines et son rôle est capital pour  juguler des crises, informer pour lutter contre tous les totalitarismes, et lutter contre la désinformation.

Tout le monde a compris que le micro constitue un pouvoir. Il faut avoir la bonne information mais surtout la fournir.  Mieux informer aide à mieux commander, à mieux diriger, à mieux prévenir, à mieux contrôler. Il faut donc du professionnalisme pour éviter que la radio devienne une caisse de résonnance des fausses idéologies et promesses ou pire un instrument de propagande. C’est donc un service qu’il faut rendre en suivant des règles strictes. D’où son caractère d’un ministère et les Journalistes doivent le savoir. Ils sont sollicités par tout le monde mais doivent éviter de clochardiser leur métier encore moins le rendre vulgaire et méprisable. Ils doivent décliner des offres tendancieuses qui peuvent prêter confusion, manipulations au sein des populations mais comme l’Eglise  au milieu du village, le micro doit dire à temps et à contre temps la vérité et rien que la vérité.

Voilà pourquoi nous tenons à présenter nos félicitations et nos vœux les meilleurs à tous ceux qui ont comme profession la mission d’informer et de former par le micro. Ils sont parfois incompris, soupçonnés, malmenés, détestés mais tel est le sort de tous les prophètes et ils ne doivent pas s’étonner. Leur récompense est dans leur métier.

« Bonne fête ».

Soyez le premier parmi vos amis
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *